ESPOIR FRANCOPHONE : les Cowboys fringants

Posté par nouvellefrancemexiquefrance le 17 mai 2007

Bonjour chers lecteurs,
photo18.jpg
Je publie un peu tardivement mon commentaire sur la rencontre Québec-France du 15 mai dernier.
En effet, même si cela ne semble avoir aucun rapport avec une recherche dite « scientifique’, cet évènement m’a appris beaucoup de choses sur la dite « identité française ».
Cette musique aux accents d’Amérique certes, mais très « française » dans le fond, a pu réunir dans une salle d’espectacles parisienne pleine à son comble des québécois et des parisiens. Des personnes qui chantaient à l’unisson les paroles d’une Grand-Messe prônant des valeurs universelles. C’étaient ces mêmes valeurs communes à tous les Francophones que, d’ailleurs, vous connaissez très bien : Liberté, Égalité et Fraternité. En outre, ils ont été rejoints par d’autres gens aux origines aussi diverses que lointaines, mais qui partagent eux-aussi le même « patrimoine français » : la langue de Lafontaine, Molière et Voltaire…

P.S. Pour plus d’informations, à lire notamment sur cette même page personnelle : « De l’identité françoise ».

Publié dans (Mes) Actualités, Sur place | Pas de Commentaire »

De l’identité françoise…

Posté par nouvellefrancemexiquefrance le 1 avril 2007

Cette fois-ci, je souhaiterairs me mêler encore une fois d’un sujet qui pourrait peut-être ne pas me regarder, à savoir la supposée identité française que les Français de France ne sont pas encore parvenus à définir. Pour les aider un tout petit peu, je leur proposerait d’aller se regarder dans d’autres mirroirs. En effet, comment pourrait-on définir l’identité de ceux qui furent naguère chassés de force de l’esphère de l’influence de Versailles ? :

photo16.jpg

« Apprenant la nouvelle de la cession à l’Espagne, la population française de la colonie fut abasourdie ; puis elle réagit, les délégués des parroisses se réunissant à fin d’envoyer à Versailles deux représantants chargés de présenter au roi une supplique lui demandant de ne pas abandonner la Louisiane. Les envoyés de la population louisiannaise ne furent pas admis en présence de Louis XV. … »( LUGAN, Bernard , Histoire de la Lousiane française 1682-1804, p.190)

Eh oui, je persiste et signe. Les miroirs des différentes vagues de migrants français, dont l’attraction des Amériques demeura plus forte que l’attraction coloniale pourrait aider ces Français de France qui se cherchent désespérément. Tel celui de ces (ex-)Français du Mexique qui se doivent en ce XXIe siècle de « découvrir ou redécouvrir leurs attaches française, tout en continuant à se sentir naturellement profondément mexicains » (Didier GUJAUD, Consul Général de France au Mexique) :

Reportez-vous à la page 4 de cette première gazette de mon association franco-mexicaine Racines-Françaises au Mexique.

Publié dans (Mes) Actualités | Pas de Commentaire »

Vallée, c’est-là que tout a commencé! (bis)

Posté par nouvellefrancemexiquefrance le 11 mars 2007

1000204.jpg L’image de cette note (prise durant ma dernière visite à Barcelo), que j’ai intitulée je ne sais plus pourquoi Les exilés de la mémoire, apparaît d’une façon récurrente dans les ouvrages de la Sabença comme celui sur « Les Barcelonnettes au Mexique : récits et témoignages ». J’en ai déduit que c’est un devoir de l’Histoire d’accueillir la mémoire d’une communauté franco-mexicaine (et ou mexicano-barcelonnette ) en quête d’une reconstruction de son passé. À ce propos, il est vrai que toute histoire de l’émigration/immigration, quoique marginalisée par les grandes Histoires ou Histoires officielles, finit par se faire justice par elle-même. Et que c’est à nous, les historiens des migrations d’essayer de faire en sorte que l’Histoire lui octroie un espace en son sein. Comment ?, vous demanderiez-vous. En faisant appel à la mémoire des textes savants, des correspondances et des témoignages, tels ceux contenus dans ces recueils que je vous invite à visiter. Au plaisir ! Pour plus d’informations aller sur le site internet :

Barcelonnette et le Mexique

Publié dans Discours scientifiques, Franco-mexicanité, Sur place | Pas de Commentaire »

Vallée, c’est-là que tout a commencé!…

Posté par nouvellefrancemexiquefrance le 8 novembre 2006

1000227.jpgJe vous présente à nouveau le foyer principal de l’émigration vers les Mexique mais, cette fois-ci, sous un autre angle. Barcelonnette, dans le département des Alpes de Haute-Provence (04). Sur la photo, le siège de l’association La Sabença de la Valeia avec l’un de ses principaux membres, M. Martin-Charpenel, auteur de divers ouvrages que je cite dans mes premières notes. C’est un lieu qui me rappelle et me fait sentir fier de mes origines mexicaines (auxquelles je fais allusion très souvent sur ce blog). C’est grâce à sa médiation que ce blog continuera d’être enrichi. Enfin, si vous êtes intéressés à cet histoire, je vous conseille de vous procurer les ouvrages de la Sabença, dont je parlerai prochainement. A+ !

Publié dans Franco-mexicanité, Sur place | Pas de Commentaire »

France-Amériques-Barcelo

Posté par nouvellefrancemexiquefrance le 5 novembre 2006

1000200.jpg

L’histoire se répète-t-elle toujours de la même façon ? Les chemis continueront-ils de se croiser sans cesse ? Et voilà que c’est là où tout a commencé, dans la Vallée, ou, peut-être…

« … au bord des bayous de New Orleans jusqu’à Mamou où [il] était caché dans sa chevrolet.
Je l’ai trouvé dans son coup d’archet.
Le highway mène au Mardi gras
Chez les Cajuns de la Louisiana
Mais la rout’ qui mène aux États
Ell’ traverse un grand embarras
Quand il s’est mis à parler français
C’était une langu’ que je connaissais pas
À mesur’ que j’le comprenais
C’était lui qui m’comprenait pas. …
 » (LANGFORD, Georges : « Acaciana »)

VOUS SAUREZ PLUS TARD LE POURQUOI DE LA CITATION DE CETTE TOUNE. À + !

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

MONUMENT ÉPHÉMÈRE AUX MORTS FRANCO-MEXICAINS

Posté par nouvellefrancemexiquefrance le 1 novembre 2006

0000111.jpg CECI EST UN HOMMAGE AUX FRANÇAIS MORTS POUR LE MEXIQUE, AINSI QU’AUX MEXICAINS MORTS POUR LA FRANCE. Pour plus de renseignements, lire les notes que j’ai écrites précédemmen. Mais, ATTENTION CE BLOG EST EN COURS DE REMANIEMENT !!! Donc, il se peut que certaines des informations, que vous auriez pu lire auparavant, aient déjà disparu. D’autres sont en cours d’être modifiées. Quelle en est la raison ?

Réponse : LE RESPECT DES MÉMOIRES et, surtout LA « NON-INSTRUMENTALISATION DE L’HISTOIRE » !!!! (au profit d’une version dite officielle).

Merci et à bien tôt !
Armando, LE FRANCO-MEXICAIN.

Publié dans (Mes) Actualités, Franco-mexicanité | Pas de Commentaire »

Le Mexique francophone ? (bis)

Posté par nouvellefrancemexiquefrance le 1 avril 2006

Il existe dans l’actualité de la francophonie quelques remarques assez tristes à retenir, lesquelles pourraient s’accorder avec cette stèle funéraire du cimetière de Barcelonnette :

« … Vue de France, la francophonie vous a toujours un côté condescendant et postcolonial, le mot fait venir des images dégoulinantes de vieux gaullistes, la larme à l’oeil, qui lancent « comme vous parlez bien notre langue ! » à des gens à qui elle appartien depuis le berceau.
… Vous avez vu ce que se sent obligé de faire M. Ted Menzies, le nouveau secrétaire d’État canadien à la francophonie ? Apprendre le français. Jusqu’à sa nomination, en effet, ce garçon ne parlait qu’anglais. Imaginez l’horreur quand on lui a proposé le poste. Il n’a même pas dû en comprendre le nom. « What do you say, francofunny! » Si ça se trouve il a cru qu’il s’agissait de recenser toutes les blagues idiotes qu’on fait sur les Québécois. Quand il a su la réalité, il a dû être déçu. …
 » (François REYNAERT, « Francofunny », Le Nouvel Obsevateur, semaine du 23 au 29 mars 2006, p. 34)

photo15.jpg

À ce propos, je vous dit que ma francophonie n’est bas « de berceau » mais elle n’en demeure pas moins légitime, car j’en ai hérité de par mon histoire personnelle et de par l’histoire de mon pays :

« Nous avons dit qu’à Mexico le centre de la ville était européen, presque français. Dans les rues de Plateros, San Franciso, de la Professa, del Espiritù Santo, etc, on entend aussi souvent le français que l’espagnol ; presque tous les gens bien élevés parlent notre langue. » (Dans : CAHARNAY Désiré, Voyage au Mexique 1858-1861, Paris, Ginko Éditeur, p. 86).

Enfin bon, la francophonie au Mexique, y-a-t-il des raisons d’espérer?

Publié dans (Mes) Actualités, Discours scientifiques | Pas de Commentaire »

Le Mexique francophone ? (ou à Bernadette MOULIN)

Posté par nouvellefrancemexiquefrance le 1 avril 2006

photo141.jpgC’est la question posée lorsque je dis que : je parlais couramment le français dans mon pays d’origine et que cette langue faisait partie de ma vie quotidienne. Ainsi, j’avais des chums francophones, telle Bernadette Moulin dont le décès m’a été annoncé le mois dernier… Je ne vais pas faire ici un bibliographie complète de son existence. Je méconnais moi-même sa date de naissance. Il y a toutefois une chose essentielle qui me fait parler d’elle icitte : elle faisait partie de mon quotidien au Mexique. On a dansé, on a chanté, on a même fait les cruches en français ! Immigrée dans la République mexicaine certes mais, comme de centaines d’autres gens « de souche française », elle y a laissé 3 beaux enfants franco-mexicains. Alors, le Mexique francophone n’aurat-il pu être une réalité ? Regardez donc la photo tout en haut dont les épitaphes évoquent des vies francophones restées pour toujours au Mexique, pays qui s’est enrichi en partie grâce à leurs apports.

Publié dans (Mes) Actualités, Franco-mexicanité | Pas de Commentaire »

Francophonie 2006 (Nouvelle-France bis)

Posté par nouvellefrancemexiquefrance le 14 mars 2006

Voilà la façon dont le roi de France échangea, en 1759, ces « quelques arpents de neige » contre « quelques îles au soleil » :
« …Les Anglais se sont engagés à reconnaître aux habitants la jouissance de leurs maisons et de leurs biens. Le libre exercice de la religion catholique subsistera en son entier. … En contre partie, la mission du clergé est de prêcher la bonne entente avec le vainqueur et de veiller à ce que les fidèles respectent son autorité. … La Nouvelle-France n’est plus ! »*

Par ailleurs, il y a encore quelques Mexicains d’origine française qui cherchent à rétablir des contacts avec d’autres francophones de la planète afin de sauvegarder leur patrimoine culturel franco-mexicaine et de préserver ce qu’ils qualifient de « leur mémoire française » . Malheureusement, personne ne s’intéresse à eux, ni dans la Vieille France, ni dans la nouvelle France.

Moi, en tant que franco-mexicain, malgré cet état des choses, j’en profite pour dire :

VIVE L’ACADIE
VIVE LA LOUSIANE
VIVE LE QUÉBEC
VIVENT L’ANCIENNE COLONIE FRANçAISE DE JICALTEPEC-SAN RAFAEL
VIVE L’ANCIENNE NOUVELLE-FRANCE
ENFIN, VIVE L’AMÉRIQUE FRANçAISE…L’AMÉRIQUE FRANCOPHONE TOUTE ENTIÈRE !

Voilà ce qui aurait pu être « une autre Amérique francophone » en 2006 :

Racines Françaises au Mexique

*photo14.jpg

Publié dans (Mes) Actualités | Pas de Commentaire »

FRANCE-MEXIQUE-FRANCOPHONIE

Posté par nouvellefrancemexiquefrance le 6 février 2006

escudooficialdesanrafael1.jpgUNE ANCIENNE MUNICIPALITÉ FRANCO-MEXICAINE !!!
Je vous transmets ce message de la part des habitants du Mexique représentés par cet écusson :
« La mairie de San Rafaël dispose son blason depuis 2005. Celui-ci représente la vie, l’histoire, les coutumes et les traditions de cette zone ; c’est pour cela que la mairie de San Rafaël, à travers la Direction de communication Sociale, diffuse l’image ainsi que la justification du blason municipal. La composition de ce blason laisse apparaître à nos yeux quatre quarts de cercle qui représentent les moments historiques déterminants pour la conformation de l’aujourd’hui Commune de San Rafaël. Les quarts de cercle sont affirmés sur une base d’ocre qui symbolise le sol. Le bleu sa rivière qui débouche sur la mer. Tout ceci couronné par le guide d’une vanille, dont la culture date depuis l’époque pré-hispanique. Dans la partie supérieure gauche, on illustre un paysage naturel choisi par les anciens indigènes de la Région du Totonacapan pour s’y installer. Dans le cadre supérieur droit, on peut voir les silhouettes du Mexique et de la France, au milieu desquelles il y a la mer et la date « 1833″ (date de l’arrivée des Français de France et de Nouvelle-France dans la région). Dans le côté inférieur gauche, s’affiche la date « 1874″. Cette année-là, le Licencié d’origine teziutèque, Rafaël Martinez de la Torre, acheta les terrains de l’actuel San Rafaël et les vendit aux colons français en leur octroyant des facilités de paiement. Finalement, on observe dans le cadre inférieur droit, la manière singulière avec laquelle la rivière Bobos suit son cours. Dans ce cadre, on affirme aussi le nombre 211 de la commune (numéro qui s’est ajouté aux autres 210 municipalités de l’État mexicain de Vera-Cruz).
Les habitants de San Rafaël. »

Publié dans (Mes) Actualités, Franco-mexicanité | Pas de Commentaire »

12345
 

AKWABA |
poome |
WhiSp3r Energie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La vie à West-Cappel
| Commémoration de la Nakba à...
| congobasta