L’Amérique française au Mexique

Posté par nouvellefrancemexiquefrance le 3 décembre 2007

Bonjour chers amis du Québec,

Je me permets d’intervenir en tant que membre de l’association Paris-Québec. Un membre qui a malheureusement raté la conférence de Monsieur Bernard EMONT du 29 novembre. J’aurais voulu y être pour lui annoncer l’un des résultats du rêve de Champlain, celui de la grandeur de l’Amérique française, grandeur qui traversa le Golfe du Mexique pour atteindre l’ancien pays des Aztèques. Voilà la façon dont cela se déroula :

“Le désastre de la Guerre de Sept Ans eurent pour effet de rapprocher la France de l’Espagne qui conclurent le Pacte de Framille. L’agent de Choiseul à Madris, l’abée Béliardi, mit tout un oeuvre pour rénover l’administration espagnole, et par l’entremise des ambassadeurs de France en Espagne, fit nommer plusieurs hauts fonctionnaires dont l’énergie et les capacités lui étaient connues. …
Dans les dernières décades du XVIIe siècle, les noms français apparaissent souvent dans les «Reales Cédulas» qui mentionnent la nomination des officiers [en Nouvelle-Espagne]. La raison en est que la cession de la Louisane à l’Espagne avait amené beaucoup militaires français au service du roi très catholique. Le plus fameux d’entre eux, Athanase de Mézières, établi au Texas depuis 1733 fut, en 1769, nommé lieutenant gouverneur de la forteresse Nachitoche [province du Nord du Mexique]. Depuis longtemps, le gouvernement espagnol avait apprécié et redouté ses dons remarquables et l’ascendant qu’il exerçait sur les Indiens du Texas. Un autre Français de la Nouvelle Orléans, Pedro Vial, explora en 1768, en compagnie de son compatriote, Honorat Fortier, la route de Texas à Santa Fe [Californie]. Il existe aux Archives de Mexico une relation détaillée de ce voyage…” (J. HOUDAILLE, Extrait de la Revue Française d’Histoire d’Outre-Mer, anciennement Revue d’Histoire des Colonies, 1913-1958).

0212072227.jpg

Ceci étant, j’aurais voulu m’entretenir avec lui pour lui parler d’une langue française vernaculaire au Mexique, le français de la province mexicaine du Nautla qui exista jusqu’aux années 1960. Un français “parfaitement compréhensible pour un francophone moyen et ressemblant assez, au premier abord, à celui parlé au Québec rural et peut-être aussi dans d’autres régions francophones du Canada (Nouveau Brunswik [notamment]) et des Antilles (Sainte-Lucie, Saint-Barthélemy)”. Dans: Patrick LAFARGE, Coutumes francophones du Nautla, Université Autonome de Puebla, 1990*.

Et enfin lui dire que j’ai hérité de toute cette histoire, ce qui m’a encouragé à adhérer à Paris-Québec.

À la prochaine fois !
Un francophone des Amériques.

Pour avoir une preuve audible et visuelle de cette francophonie, allez sur ma page youtube :

Une autre Amérique française

Publié dans (Mes) Actualités, Franco-mexicanité | Pas de Commentaire »

Tout ‘Tit compte rendu : Mexique-France

Posté par nouvellefrancemexiquefrance le 2 décembre 2007

Salut chers fans de la Françamérique !

Cette fois-ci j’essairai d’être succint. Pourquoi ? Parce que mon intention était de vous faire un compte rendu complet du dernier “Colloque International Mexico – Francia” qui eut lieu à Nantes entre le 18 et le 22 novembre. Mais comment résumer un événement aussi important pour l’envol de l’Amérique française ? Il suffit de dire que le souvenir de l’Histoire de la France au Mexique demeure toujours vivant. Jetez donc un coup d’oeil à cette invitation qui m’est parvenue la semaine dernière :
rfm.jpg

Publié dans (Mes) Actualités, Franco-mexicanité | Pas de Commentaire »

La toussaint de la Corriveau

Posté par nouvellefrancemexiquefrance le 1 novembre 2007

0111070621.jpg
Au moment où j’écris, c’est le matin de ce permier novembre. Et, pour nous autres francophones des Amériques et de la France de l’Union, c’est d’après notre calendrier la fête de la Toussaint.
Mais cette journée concerne davantage ceux qui sommes nées de la terre amérindienne. En effet, le mariage entre la tradition catholique et les mythes de ceux que nous appelons les Autochtones ont créé des légendes fantastiques. L’un des récits que l’on entend depuis tout petits en Amérique du Nord est l’histoire macabre de La Corriveau !!! (en mexicain : “La Llorona”). C’était une femme qui apparaissait autrefois sur les chemins de la Nouvelle-France (et de la Nouvelle-Espagne) pour emmener sur l’autre rivequelque Colon égaré :
“-Mon cher François, répondit la sorcière, il m’est impossible de passer le Saint-Laurent, qui est un fleuve bénit, sans le secours d’un chrétien.
- Passe comme tu pourras, satanée pendue, que lui dit mon défunt père ; passe comme tu pourras chacun son affaire. Oh ! oui ! compte que je t’y mènerai danser avec tes chers amis, mais ça sera à poste de chien comme tu es venue, je ne sais comment, en traînant ta belle cage, qui aura déraciné toutes les pierres et tous les cailloux du chemin du roi…”
(DE GASPÉ, Philippe A., Les Anciens Canadiens)

0111070617.jpg

Publié dans (Mes) Actualités, Franco-mexicanité | Pas de Commentaire »

« Mexique-France: présence, influence et sensibilités »

Posté par nouvellefrancemexiquefrance le 31 octobre 2007

coloqiosqare.gif À l’occasion du dixième anniversaire de la naissance du projet universitaire d’histoire franco-mexicaine “México-Francia“, ce IV colloque international a été organisé afin de croiser les points de vue de chercheurs de part et d’autre de l’Atlantique sur tous les aspects de la présence française dans le Pays Aztèque. C’est pourquoi, des descendants des anciens Français du Mexique et d’autres acteurs de cette histoire ont décidé de se réunir du 18 au 22 novembre à la ville-phare des échanges avec l’Amérique du Nord francophone, le Port de Nantes. Cet événement n’aura pas qu’un caractère scientifique, ce sera aussi le moment où Français, Mexicains et Franco-mexicains retisseront leurs liens de fraternité, tout en essayant de rebâtir le pont qui unissait autrefois la destinée de la France à celle de cet Eldorado du Nouveau Monde. Des conférences, des manifestations artistiques et des causeries vous attendent donc pour vous faire découvrir l’un des visages de l’Amérique Latine : une francophonie mexicaine toujours vivante. APC.
Pour plus d’informations allez sur le lien Mexique-France ci-dessous que vous connaissez déjà :

Mexico-Francia

Publié dans (Mes) Actualités, Franco-mexicanité | Pas de Commentaire »

SAUVONS NOTRE PATRIMOINE FRANCO-MEXICAIN

Posté par nouvellefrancemexiquefrance le 31 octobre 2007

mxfron.jpg
Le Mexique fait tout à fait partie de l’Amérique du Nord francophone. Vous n’avez qu’à suivre attentivement la suite que nous autres acteurs franco-mexicains de la francophonie universelle donnerons à nos actions pour la sauvegarde de notre mémoire « française ». Par exemple, mon Association Racines Françaises au Mexique (RFM), à laquelle j’ai emprunté la photo ci-dessus, organise déjà une série de rencontres afin de faire vivre le souvenir de l’Histoire de la France au Mexique. Jetez à nouveau donc un coup d’oeil à notre site internet :

Racines Françaises au Mexique (RFM)

Publié dans Franco-mexicanité | Pas de Commentaire »

« Je me souviens » : été-rentrée 2007

Posté par nouvellefrancemexiquefrance le 24 juillet 2007

Bonjour chers lecteurs !

Je sais que nous sommes bien en vacances nous autres en France. Mais moi, pas du tout. Je dois continuer de réfléchir afin de rendre une belle thèse. À ce propos, avant de monter dans un avion qui me remenerait de Nice à Paris hier soir, j’ai eu la précaution de prendre l’un des quotidiens franco-français très généreusement offerts par la compagnie aérienne nationale. Ma surprise a été d’y retrouver ce rappel de l’histoire :

photo23.jpg

« ll y a 40 ans, le 24 juillet 1967, le Québec et le Canada étaient secoués par le passage du général Charles de Gaulle et, surtout, par son «Vive le Québec libre!» prononcé du balcon de l’hôtel de ville de Montréal devant une foule en délire. Il semble maintenant acquis que cette intervention, que l’on a longtemps crue improvisée ou inspirée par l’euphorie du moment, avait au contraire été planifiée longtemps d’avance. » (Le 24 juillet 2007 – 07:19 | Presse Canadienne : http://www.matin.qc.ca/)

J’ai décidé de m’y associer car je me souviens encore de la présence française aux Amériques. Ce souvenir est si fort qu’il se rend manifeste de nos jours en nous invitant à des évènements quer l’on peut qualifier de sublimes. Tel est le cas de la prochaine rencontre Mexique-France qui aura lieu dans la ville de Nantes, l’une des plaques tournantes de cette histoire de France qui s’est inscrite au Nouveau Monde.
Pour plus de renseignements sur la suite de l’histoire de la France au Mexique vous pouvez consulter le lien internet ci-dessous mais il est en grand partie en espagnol :

Mexico-Francia (Mexique-France)

Publié dans (Mes) Actualités | Pas de Commentaire »

14 juillet 2007 à Villers-Cotterêts

Posté par nouvellefrancemexiquefrance le 17 juillet 2007

Bonjour chers lecteurs,

Je souhaiterais vous parler à cette occasion d’une visite très « patriotique ».
En effet, comme tout bon Parisien qui se respecte, j’ai profite de la fête du 14 juillet pour sortir de la capitale.
Dommage ! Je crois avoir râté une magnifique « europarade ».
Cependant, cela a valu ce manquement car le congé s’est avéré autant voire plus « français » que le traditionnel défilé militaire.
Eh oui ! J’ai été dans l’ancien pays de France au berceau même de l’identité dite française.
Il s’agît du château de François Ier à Villers-Cottêrets :

Les rois de France, dans leur lutte contre les pouvoirs féodaux, on contribué au recul des dialectes. Illustre, parmi une série d’édits royaux qui luttent contre les malentendus résultant de l’usage administratif du latin, l’ordonnance de Villers-Cottêrets, prise par François Ier en 1539, stipule que tous les actes juridiques se font en langage maternel françois et non autrement. Malgré l’adjectif « maternel », elle est vite interprétée comme imposant le français du roi détriment des idiomes régionaux. Elle provoque de « merveilleuses complaintes » chez les Provençaux forcés d’adopter un bilinguisme passif s’ils veulent conserver le contrôle de leurs affaires. … (MARCHELLO-NIZIA, Christiane & PICOCHE, Jacqueline ; Histoire de la langue française, p. 29)

photo22.jpg

Il y a toute fois quelque chose qui cloche dans l’histoire ci-dessus. J’ai vu de près la copie du décret de François Ier et la tarnscription faite par le syndicat d’initiative où il est écrit bien clairement que les documents et actes officiels doivent se faire en langue françois ou maternel. Le roi de France était-il conscient de la diversité qui composait son royaume ?

En tout cas, je crois aussi que ce petit détail montre comment les histoiriens s’arrangent pour créer du national. Autrement dit, ce n’est pas par hasard que l’on ait voulu donner ce caractère « maternel » à la langue française comme pour dire : Est « français » quiconque a entendu le français depuis le berceau. Or, de nos jours ce postulat est à revoir car « Est francophone quiconque parle habituellement le français, au moins dans certaines circonstances, soit comme langue maternelle, soit comme langue seconde » (idem, p. 7).

À plus !

Le franco-mexicain.

Publié dans (Mes) Actualités, Sur place | Pas de Commentaire »

Sauver l’identité française (bis)

Posté par nouvellefrancemexiquefrance le 26 juin 2007

Bonjour !

Cette fois-ci, il s’agit de deux mouvements différents qui ont en commun le fait de vouloir « sauver » l’identité française. D’un côte, cela se passe à Barcelonnette, ville que j’ai visitée pour l’enième fois et où j’ai été très bien accueilli par Mme Hélène HOMPS et M. Pierre MARTIN-CHARPENEL (lire notes précédentes).
Là-bas, on fait tout pour que la France renoue ses liens avec une francophonie nord-américaine qu’elle a longtemps négligée :

« L’émigration d’une cinquantaine de Barcelonnettes dans les paroisses de Sain-Jean-Batiste et Saint-Jacques est la conséquence de l’aventure de quelques pionniers jausierencs qui s’y implantèrent au milieu du XIXe siècle. Ils arrivent dans une Louisiane où les conditions de vie sont très rudes. … (p.14)
Si le caractère francophone des rives du Mississippi a probablement pesé pour les premiers Barcelonnettes dans le choix de leur destination, sa situation économique a été décisive. Quel meilleur endroit pour faire fortune que les rives du Mississippi à l’époque où eldorado mexicain n’était pas encore révélé ? (p.72) »
-cliquer sur la photo ci-dessous-

photo21.jpg

Lors de ma dernière visite à Barcelonnette, j’ai fait la rencontre d’un groupe de très sympathiques élèves louisiannais qui étaient à la fin de leur séjour. C’était au moment où je travaillais dans les archives du Musée de la Vallée (voir aussi notes précédentes) et je me suis accordé une pause pour revisiter les lieux avec eux. Pendant cette visite, j’ai pu constater avec joie comment l’identité « française », que je préfère appeler francophone, est compatible avec l’universel. En effet, une salle de ce musée est consacrée aux « 1000 petits chefs-d’oeuvre du Mexique » se trouvant dans la seule ville mexicaine de France (infos comme d’habitude sur : http://www.barcelonnette.com/)

Puis, j’ai proposé à ces petits d’aller rendre visite à ces Français qui ont aidé à faire le Mexique… Je me suis enfin rendu compte que, bien heureusement, il existe de la part du Musée de la Vallée et de la Sabença, un grand souci pour sauver la mémoire d’une identité francophone encore vivante.

De l’autre côté, j’ai assisté à mon retour à Paris samedi dernier à la Célébartion la Fête du Québec en France. Ceci grâce à l’invitation que l’Association Paris-Québec* m’avait faite d’une façon très cordiale. Hormis son caractère solennel, cette manifestation à été l’occasion de belles rencontres avec des gens fidèles aux valeurs de l’identité française, à savoir les idées qui ont fait du « fait français » un lieu de fraternité… À la prochaine fois !

* Le site de Paris-québec

Publié dans (Mes) Actualités | Pas de Commentaire »

Sauver l’identité française…

Posté par nouvellefrancemexiquefrance le 5 juin 2007

photo20.jpgPas de nouvelle extraordinaire en ce moment. Sauf, un sujet dont le berceau de la langue et identité françaises pourrait en être fier :

Le premier sommet des communautés francophones et acadiennes s’est terminé dimanche à Ottawa. Quelque 700 représentants de 33 organisations francophones ont signé une déclaration commune visant à définir un projet de société qui sera mis en oeuvre d’ici 2017.

Mon bilan en est : Sauver l’identité française ne signifie pas rejeter l’autre, mais faire de son mieux pour défendre ce qui a fait la réputation de la France dans le monde… (Horst MÖLLER, « Mémoire historique et identité nationale ».Dans: Dominique SCHNAPPER et al., IDENTITÉ ET MÉMOIRE)

P.S. Sources : radiocanada.ca & cyberpresse.ca

Publié dans (Mes) Actualités | Pas de Commentaire »

DE L’IDENTITÉ FRANçAISE AUX AMÉRIQUES

Posté par nouvellefrancemexiquefrance le 20 mai 2007

L’Amérique française, fait-elle partie de l’Histoire (nationale) française ?

Ce n’est pas moi précisément qui est accablé par ce doute, mais le jeune apprentis du très réputé cours de « langue et civilisation françaises » vivant encore dans mon for intérieur.

En effet, cet élève mexicain des Alliances françaises (institutions dont les mérites ont été tant vantés ces derniers temps) a eu un curieux ouvrage comme premier livre d’ »Histoire de la France ».
Il y est question de « Nos Ancêtres Acadiens » (étaient-ils des Gaulois modernes ?) et d’un « Grand Dérangement » suivis de « notre » bien connue « Révolution française » alors que les deux premiers épisodes sont, me semble-t-il, totalement absents de la mémoire collective de l’Hexagone.
Donc, « Gaulois », « Acadiens », « Français d’Amérique » ? Il est bien difficile d’en faire la synthèse.
Ce qui n’est pas aussi difficile à comprendre est la manière dont un jeune esprit a été ainsi marqué. Car l’élève mexicain en question demeurera attaché à jamais, et plus que jamais, à sa belle et chère terre amérindienne empreinte de « l’esprit français »…

photo19.jpg

PS 1. Ci-dessous, image extraite de mon manuel d’ »Histoire de France » : Saint-Pierre et Miquelon : Histoire de l’archipel et de sa population, Éditions J.J.O., Saint-Pierre et Miquelon, 1988.

PS 2. Une autre référence :

La Nouvelle-Écosse est hantée par son passé – l’Acadie fut établie en 1605. Longfellow décrit magnifiquement la beauté des lieux qui devinrent le ‘Pays d’Évangéline’ dans son conte d’amants qui furent séparés pendant la déportation des Acadiens en 1755 ; une des oeuvres les plus aimées de la littérature canadienne. Personnne ne peut lire l’histoire de Grand Pré sans avoir le désir de visiter l’Acadie ; personne ne peut visiter l’Acadie sans être fasciné par son histoire. (Extrait de ‘un de mes livres de poésie francophone des Amériques : Évangéline de Henry Wadsworth Longfellow, version française.)

Publié dans (Mes) Actualités | Pas de Commentaire »

12345
 

AKWABA |
poome |
WhiSp3r Energie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La vie à West-Cappel
| Commémoration de la Nakba à...
| congobasta